jeudi 12 mars 2009



Enfin un après midi soleil , la ville s'est lovée dans une douce tiédeur et je suis partie à la conquête des quais .

Une petite devinette ! Que cachent ces constructions métalliques posée sur ces murets de pierres ?

J'ai marché , marché encore , un effort que je n'avais plus fait depuis longtemps . Dans mon blouson , mon corps se réchauffait jusqu'à transpirer , mon écharpe m'encombrait . Les terrasses s'animaient de bavardages , de sourires , des premières lunettes noires . Le soleil aux sorties de l'hiver a ce pouvoir magique d'insufler une nouvelle énergie , d'attendrir les soucis , de convaincre que les jours à venir seront meilleurs .

J'ai marché , marché encore jusqu'à ce que ma besace de travail se fasse trop lourde , que le chien m'agace à lever la patte sans cesse . Bien sûr , j'ai été feuilleté quelques bouquins , écouté quelques extraits musicaux , je me suis assise sur un banc fumer une cigarette , j'ai fait traîner jusqu'à épuisement de ma batterie une discussion téléphonique . C'est si bon de bavarder au soleil .

J'ai envié ce jeune couple s'enlassant , s'embrassant à pleine bouche adossé contre un poteau "défense de stationner " . Le rêve de ma sieste d'hier après midi m'est revenu soudain . Je m'étais endormie dans mon fauteuil noir devant l'écran de mon ordi . Je regardais assise dans un canapé , un homme et une femme dormir , je crois que la femme était ma soeur , elle avait des boucles blondes comme quand elle était petite . Je pleurais en les regardant . Et puis l'homme , grand , s'est levé et s'est agenouillé à mes pieds . Il m'a prise dans ses bras en me murmurant des mots rassurants , et puis son visage s'est approché du mien , j'ai senti ses lévres sur les miennes , j'ai reconnu mon vendeur préféré de la Fnac , je me suis réveillée brutalement , étourdie . Je me rappelle rarement de mes songes , mais là j'ai eut l'impression de le vivre et sortie de mon endormissement , je me suis sentie rougir .

J'ai marché , marché encore pour rentrer avant que le soleil si doux de cet après midi ne se cache .

2 commentaires:

nuages a dit…

Un joli récit...

Quant aux trucs métalliques : des étals de bouquinistes, comme sur les bords de Seine à Paris ?

Ou des repaires d'extraterrestres avant le grand débarquement ?

MaTinou a dit…

Bonsoir Nuages , oulalala , je suis en retard dans ma réponse mais bravo tu as gagné un gros bisou pour avoir découvert les étals de bouquinistes .
je t'embrasse
Matinou