mardi 10 mars 2009

Des histoires ...

Larguer ma douleur dans les tréfonds de mes entrailles ,
Muettiser mon chagrin dans le désordre de mon cerveau ,
Juste mettre un pied devant l'autre ,
Regarder l'arbre nouvellement planté ,
Tout simplement m'assoir à une terrasse ,
Commander un thé ,
Et lire quelques lettres de Jane Austen ,
Basculer dans un autre siècle .
Je ferme mon blouson parce que malgré les quelques rayons du soleil , il fait frais .
Je frissonne .
J'ai rangé Lady Susan au fond de ma besace verte , je la promène dans mes errances .
Quand je rentrerais et que je trônerais dans ce petit coin intime , je partirais en Inde avec Fizz et Catherine , plus d'un an que je n'arrive pas à quitter l'engoulevent qui bruisse dans les montagnes .
Et dans mon lit , je serais en Irlande avec Philo qui a lâché le heurtoir d'un couvent .
Des histoires , je veux des histoires pour remplir une vie sans histoire ou éviter mon histoire , quelle histoire !

4 commentaires:

nuages a dit…

bien que ce que tu dises soit bien triste et aussi un peu mystérieux pour nous qui ne connaissons pas ta vie, ce texte est beau et fort bien écrit...
et sur la photo de la tasse, on voit plein de choses : "Malongo" (n'est-ce-pas un café du "commerce équitable" ? le petit biscuit (speculoos, disons-nous en Belgique) a l'air très bon (l'as-tu mangé, finalement ?), le livre a l'air tellement présent (magie des images numériques lisses et nettes) que l'on pourrait le prendre et le lire...

Coumarine a dit…

Matinou...je crois reconnaître cet endroit...n'est-ce pas là où nous avons retrouver les deux autres (la place Bellecourt???)

Lire en effet ...catharsis nécessaire, comme écrire finalement...
Je t'embrase

MaTinou a dit…

Bonsoir Nuages ,
J'ai mangé mon petit biscuit en le faisant tremper dans le thé dans la tasse de café Malongo équitable et en lisant mon livre , tes observations sur ma photo m'ont fait sourire c'est comme si soudain tu t'étais assis en fasse de moi ! Merci pour les compliments .
biz à toi
Matinou

MaTinou a dit…

Bonsoir Coumarine ,
Tu as l'oeil aiguisé , c'était bien place Bellecour .
Lire , écrire , tu as raison, peut être bien un moyen de se libérer , du moins d'essayer .
Je t'embrasse
matinou