vendredi 29 février 2008

Métro ou voiture

Pendant quelques années pour différentes raisons , j'avais abandonné la conduite , je ne me déplaçais plus qu'en transports en communs (et véhiculée aussi par mes amis, je les en remercie d'ailleurs) , puis j'ai repris une voiture . Bien sûr , mon quotidien en fut grandement facilité , pourtant en prenant le métro ce matin , je me suis rendue compte que je regrettais presque cette période . Dans les wagons , je rencontrais une foule de gens , je retrouvais aux mêmes heures les habitués , je croisais très tôt ceux qui avaient errés toute la nuit pour trouver un peu de chaleur ou ceux qui terminaient leur soirée de fête . J'avais de la musique dans les oreilles et toujours un livre à dévorer . Je n'ai jamais autant découvert de musiciens et d'écrivains que pendant mes trajets . Je me plaisais à observer les passagers , je leur inventais des vies , des histoires , des aventures . Après le métro , je poursuivais en bus , le 86 en particulier celui de 6h . Toujours les mêmes personnes aux mêmes places . Et sitôt que quelqu'un changeait de siège , tout l'équilibre semblait mis en péril . J'avais une place favorite à droite près d'une fenêtre . Mais c'était aussi l'endroit préféré d'une autre jeune femme aux cheveux tirés , à la tresse fine et raide . Nous nous faisions concurrence , à laquelle des deux arriverait la première . Et quand l'une où l'autre était victorieuse , la perdante semblait égarée , incapable de savoir où s'asseoir de crainte de provoquer un nouveau déséquilibre dans la hiérarchie du placement . Et puis quand il y avait un absent , je m'en inquiétais presque et j'étais soulagée de le revoir un peu plus tard . Il y avait les jours de grosse neige où le car n'arrivait pas . Tout le monde angoissait pour le retard qu'il aurait à être au travail . Je me souviens en particulier de cet homme qui attendit des heures sous les flocons . Il était trempé , il grelottait de froid mais ne bougeait pas . Je le regardais à l'abri derrière une vitre . Il était immobile , à peine vêtu pour cette saison . Je le rejoignis pour lui proposer de se mettre au chaud , il me répondit non en claquant des dents . Je ne sais pas pourquoi mais je suis restée à côté de lui dans mon manteau de plumes que j'avais acheté quelques années auparavant pour rejoindre en hiver des amis au Québec . Quand le bus est arrivé , il était tellement frigorifié qu'il eut du mal à grimper les quelques marches du car . Il tremblait comme une feuille pour oblitérer son ticket . Je ne l'ai jamais revu et je n'ai revu personne depuis que j'ai délaissé mes camarades pour le luxe et la solitude d'une voiture .
Alors aujourd'hui dans le métro , il a fallut que je retrouve mes marques et je vous promets que ce fut un bonheur de me mêler à la foule , de me faire bousculer , d'attendre comme les autres sur le quai , d'observer les gens . A un moment j'étais assise à côté d'un vieux monsieur et d'un jeune homme en face de lui . A peine furent ils installer que le jeune homme d'une vingtaine années sortit une livre de son sac à dos . " Histoire de la radiologie " un pavé ! Il s'en suivit une conversation passionnée entre les deux hommes . Ils étaient magnifiques tous les deux à feuilleter en tête à tête ce bouquin . L'un faisait appel à ses souvenirs , l'autre se nourrissait de l' expérience et apportait ce qu'il apprenait à l'école , ses yeux pétillants se noyaient dans le regard éclairé du vieux monsieur . Leur complicité les isolait du reste de la rame . Et quand une dame voulut se mettre à côté d'eux , elle dut interrompre leur conversation et franchir ce mur invisible .
J'étais arrivée à ma destination . Je les abandonnais à leur histoire et je quittais à regrets le métro en me demandant si quelques fois je ne retournerais pas travailler en transports en communs .

3 commentaires:

Coumarine a dit…

Idem même chose
C'est un véritable plaisir de lire cette description...
Décidément, j'aimerai venir chez toi...

nuages a dit…

C'est admirablement écrit !
Les histoires et les pensées du quotidien...
Connais-tu le blog "regards extérieurs" (en lien sur mon blog) ? Il te plairait, je crois.

Amicalement,

Jean (nuages)

MaTinou a dit…

Coumarine , Nuages , merci de vos visites et de vos compliments .
Jean , je ne connaissais pas ce blog mais je vais aller y faire un tour dès que je serais un peu plus disponible .
à bientôt
Matinou