vendredi 29 février 2008

Les pieds à l'air

Cette journée du mois de février était douce , incroyablement douce .
Ce matin , j'avais chaussé mes baskets rouges . Et comme le chien , je trépignais de profiter de cet après midi ensoleillé . Mes pieds s'échauffaient dans leurs chaussettes rayées . Et puis je me suis souvenue que j 'avais laissé mes tongs usées de l'été dernier sous le siège de ma voiture .
Quel plaisir de délivrer mes pieds de leur carcan de coton et de toile , bouger et écarter mes orteils à l'air .
Certains passants portaient un regard amusé sur mes petons nus et je leur rendais leur sourire sous cape .

Comme les primevères qui deploient leurs pétales jaunes à la campagne , les premières tables fleurissent au kiosque de Bellecour . C'est mon printemps de citadine . C'est presque timidement que les gens s'installent à la terrasse , il y a ceux qui sont encore engoncés dans leurs vêtements d'hiver , l'écharpe de laine autour du cou et puis ceux qui osent se déshabiller , afficher leur tee shirt ou leur chemise pour profiter de la tendresse de cette fin d'hiver . Comme la sève qui monte dans les arbres , les promeneurs semblent retrouvés une nouvelle énergie , les enfants s'amusent et courent , des petits bouts font leurs premiers pas . Il y a des cris , il y a des rires . Que c'est bon une journée de beau temps .

2 commentaires:

Coumarine a dit…

et que c'est tendrement écrit, cette affaire de printemps précoce...
j'aime beaucoup!
Merci

Pivoine a dit…

Et comme les photos donnent bien, en pleine page. On sent chez toi beaucoup d'amour pour ta ville...