mardi 12 janvier 2010

En blanc et noir

L’année s’est terminée avec ma voiture en panne , l’année a commencé avec ma voiture à la fourrière , l’année a continué avec le dépanneur puis le garagiste .

L’année s’ est terminée avec l’absorption de 150 cachets , l’année a commencé avec la mort de la sœur d’un ami  .

Alors les aventures de ma voiture sont devenues toutes relatives .

Pendant plusieurs jours , j’ai repris les transports en commun , j’ai regardé Noel effacer ses décors , les sapins sont à la poubelle , les guirlandes s’éteignent .

J’ai observé les flocons tomber en attendant le bus , j’ai marché dans le froid et la neige .

Recouverte de poudre blanche , la ville étonne par ses bruits étouffés , calfeutrés , veloutés , elle se fait presque silencieuse , ce n’est pas comme d’habitude , les passants s’habillent comme dans une station de ski et déambulent en terre inconnue . Juste là dehors , c’est l’aventure , il y a ceux qui osent le ski , la luge , ceux qui glissent , dérapent , se rattrapent en gestes amples , avec leurs bras qui moulinent  l’air , il y a les précautionneux qui slaloment sur le bitume débarrassé ou préfèrent marcher sur la chaussée , il a les indifférents qui avancent coute que coute et les rêveurs qui s’émerveillent des mises en scène de l’hiver .

Soudain on se parle , on commente , on s’extasie , on photographie ensemble , on se sourit , on profite de l’exceptionnel , il reste quand même des peureux , des râleurs , des insatisfaits , des inquiets .

Dimanche je suis montée par le Gourguillon jusqu’à l’esplanade de Fourvière admirer la cité dans son manteau blanc , je suis redescendue par les jardins du Rosaire , c’était jour de fête , j’étais ailleurs peut être dans une forêt des Alpes ou du Québec , malgré la fatigue de ces derniers jours surtout ne pas me priver de ce spectacle .  

Et puis ce soir , je pense à la sœur de mon ami , à Vic Chesnutt , à Kristina Rady qui ont choisit de partir brutalement ,  à Lhasa , Mano Solo emportés par la maladie et puis Seguin , Eric Rohmer , je pense à mon père qui lutte de toutes ses forces contre la maladie  , je pense à Christine son mal de dos lancinant , ses turbulences actuelles .

Cette nuit , je blottis mes idées noires contre la blancheur immaculée de la neige sur les toits des voitures en bas de chez moi , peut être vingt centimètres d’épaisseur , ma voisine l’estime à trente cinq centimètres , une histoire de mensuration pour brouiller l’espace d’un instant mes pensées . Je colle mon front contre la vitre glacée , cette semaine je suis en congés , j’ai toute une liste de choses à faire … toute une liste …

3 commentaires:

Julie a dit…

Je suis venue faire un petit tour par chez toi et je lis que tu es en congé , alors tu es peut-être juste de l'autre côté de l'écran pendant que je t'écris , ou alors sous la neige , ou alors tu réconfortes ton père , ou alors tu rayes un à un les mots de ta liste " à faire" , ou alors tu es chez Denise et Maya , ou alors tu nous concoctes de nouvelles vidéos ...
Où que tu sois , Matinou , je t'embrasse bien fort et te souhaite de vivre de bons moments cette semaine .
Bon, je laisse ce petit mot sous la porte, tu le trouveras quand tu ouvriras ..a+

MaTinou a dit…

Bonsoir Julie , je viens de découvrir avec plaisir ton petit mot sous ma porte , j'étais absorbée par des Racines et des Ailes , je me suis baladée en Bougogne , en baie de Somme .... ah la la .... des envies d'aller voir , ma curiosité en éveil , le plaisir des vieilles pierres ....j'ai déjà un road trip dans la tête ...Je me fais chauffer un thé ? tu en veux un ? .... Ma semaine est très tranquille beaucoup de rangements à faire , rattraper ce que j'ai toujours en suspens , du repos et les jours passent vite ....
Je t'embrasse bien fort
Matinou

Anonyme a dit…

Alors là!!!! je n'osais plus passer par là par pudeur de toi mais on ne se voit plus en ce moment et j'ai eu envie de te rencontrer. Tu m'époustoufles martine, pas pour ce que tu dis, je te connais......... mais comment tu le dis, tu le fais et alors un grand merci pour ta générosité artistique, j'ai passé une ballade superbe à Lyon grace à toi. Que c'est beau ce que tu fais, les images, le son, ,,j'ai pas les mots, je suis souflée et essouflée.