jeudi 28 mai 2009

Une journée particulière

10h30 , rendez vous au musée d’ Art Contemporain de Lyon . Il y a Christine , il y a Musée d'art contemporain de LyonJulien , nous allons à la présentation des nouvelles expositions . Et la médiatrice nous embarque sur deux étages dans l’univers photographique de Jean-Luc Mylayne . Il y a des flous , il y a des oiseaux , un travail de patience , une inventivité insoupçonnée sans des explications précises . Et les 71 images que nous découvrons deviennent des histoires intimes , l’homme nomade et sa femme créent le décor , jouent de la lumière , des techniques et invitent l’oiseau à se poser . Les repères du tempsJean Luc Mylayne sont chamboulés , à l’époque du numérique , les artistes peuvent passer des mois pour faire un cliché , en une vie ils auront produit quatre cents œuvres abouties tirées à un exemplaire . Nous pénétrons dans les images , par jeu : chercher l’oiseau , troublés : les flous intriguent , tranquillement , comme une invitation à la méditation . Une pomme de ses rondeurs ,à sa maturité jusqu’à son quignon pourri devient photo d’art , hologramme ou sculpture , fascinant . Et puis nous changeons d’étage et nous voici dans le monde urbain , plus brut et violent d’ Alan Vega, fondateur du groupe Suicide . Ses constructions sont faites de récupérations trouvées dans les rues et les poubelles de New York ou dans le grenier du MAC . Il y a des œuvres qui pour moi sont un langage connu, appris par une prof d’arts plastiques qui m’avait ouvert , ado , les yeux sur cette expression des années 70 . Ses amalgames de bois de palettes , de guirlandes de lumières , de détritus qui deviennent des trouvailles extraordinaires, ses empilements spontanés ou éphémères sont une expression évidente , familière et me procurent un plaisir intense . C’est comme ça l’art , ça me touche là où cela déroute mes deux acolytes de visite et nous entraîne dans un débat enflammé !

A la pêche aux moules 1

Il est plus de midi quand nous prolongeons notre discussion dans les volutes de nos cigarettes affalés à une table squattée pour notre répit . Nous rejoignons le centre ville et rue des Marronniers nous prenons l’apéro en choisissant notre menu à la terrasse du restaurant “ A la pêche aux moules “ . A jour spécial , menu gourmand , il y avait des crevettes et des Saint Jacques , du Riesling et une crêpe au Calvados ou du moelleux au chocolat , c’était délicieux !Nous avons traîné au delà des tables débarrassées entre soleil et coup de vent frais , juste causer de tout , de rien , entre essentiel et futilité . Et puis Christine devait retrouver sa famille et Julien a eut envie d’aller au cinéma , il m’ a invitée à m’installer dans un fauteuil rouge et nous voilà entraînés dans les enquêtes de Lisbeth et de Blomkvist . J’ai eut du mal les premières minutes , effets peut être de la digestion et puis je me suis laissée emportée par Millénium . Millénium 1Je ne suis pas une cinéphile alors ma critique sera sans prétention , je suis rentrée dans l’histoire , heurtée bien sûr par les scènes de violence , fleur bleue quand les héros se rapprochent , happée par le suspens , j’ai sursauté contre mon voisin au son d’un coup de fusil , les images et les paysages suédois m’ont renvoyée aux photos vues le matin , je ne me suis pas ennuyée et je ne sais pas si le scénario est fidèle au livre , je ne l’ai pas encore lu et quand nous sommes sortis de la salle un peu hagards il y avait un magnifique ciel bleu , une lumière particulière qui faisait ressortir l’architecture de l’Hôtel Dieu .

Hôtel Dieu 1C’était une journée particulière , ce fut une belle journée , merci à Christine et à Julien d’avoir fait de mon anniversaire un si joli moment . Merci à ceux qui m’ont téléphoné ou envoyé des sms …


2 commentaires:

Hambreellie a dit…

Ouah : quelle journée !!!! c'est bien tout ça !!!

MaTinou a dit…

Bonsoir Hambrellie , oui tu peux le dire quelle journée , ce fut vraiment super !
Matinou