vendredi 28 novembre 2008

La Grande Roue Place Bellecour 2

Le lendemain , à peine 18h , il fait déjà sombre et la roue déploie ses rayons .
Jeux de Meccano , grincements , bruits métalliques , coups de marteaux .
Je reste là quelques minutes à admirer cette construction .
Dans un élan de petite fille, je sauterais volontiers de joie devant la ville qui se déguise de fêtes , aussitôt je me rappelle que je voudrais me cacher très loin pour oublier , échapper à ces jours de couleurs , repliée dans ma grotte .

2 commentaires:

nuages a dit…

"échapper à ces jours de couleurs" ?
Pourquoi ? la fête obligatoire et généralisée ?
Le consumérisme effréné ?
La fête pour les uns et l'isolement encore plus fort pour les autres ?

Bises, Matinou

Jean (nuages)

Coumarine a dit…

Ou restes-tu Matinou?
Je suis inquiète...