jeudi 7 août 2008

Une belle journée

Le jeudi quand nos emplois du temps nous le permettent , Christine ( vous savez ma meilleure amie ) et moi , nous nous retrouvons autour d'un repas . Aujourd'hui , nous avions choisit un véritable bouchon lyonnais , petit , les tables collées serrées et les odeurs de cuisine qui éveillent la gourmandise , les desserts en vitrine qui vous font saliver . Au menu , une salade lyonnaise avec ses vrais lardons dorés , des oeufs mollets , des croûtons de pain et puis du boudin aux pommes , ses fruits et ses patates mijotés dans un plat à l'émail écaillé comme à la maison . Et pour finir une tarte à la praline , la pâte craquante et la praline qui dégouline ( je dis vrais en parlant des lardons parce qu'ils sont irréguliers coupés à la main pas de ceux qu'on trouve tout petits tout prêts sous vide . Et ces lardons la , ils me rappellent mon enfance ... Bon , je ne vais pas vous faire une disserte sur les lardons ...). Alors bien sûr on déguste , la serviette blanche dans le décolleté , on cause en se servant un verre de Macôn village . Après l'orage du matin , nous profitons du soleil en terrasse , il y a peu de monde dans la rue piétonne . En fin de service quelques touristes égarés , inhabitués aux horaires de repas à la française se font gentiment refoulés par la serveuse qui attend sa pause en lampant de longues gorgées d'eau .
Nous serions bien restées là , sur les chaises en tôle un peu raides à raconter ses gosses , à revendiquer sur le boulot , à sourire autour de la BD " Mon gras et moi " achetée en chemin . Mais la serveuse attend que nous partions , le temps est devenu lourd , Christine est lasse , alors pas question d'entreprendre un grand périple . Dans le magasin d'à côté , je lui montre mes hésitations devant les ordis portables , nous les touchons , nous les essayons , elle se moque gentiment de mes tribulations entre les machines . Et puis un monsieur arrive , montre l'ultra portable à un vendeur , il lui demande si il est prêt à fonctionner , le vendeur acquiesce , lui demande si il a la carte du magasin , le monsieur répond non mais qu'il a une carte bleue et qu'il prend l'ordinateur . Temps de l'échange deux minutes . Nous nous regardons et nous éclatons de rire .
Quand nous sortons , le ciel est balafré de nuages menaçants , l'atmosphère est pesante , le tonnerre gronde au loin , la grisaille et les rafales de vent pressent les passants , nous n'avons pas encore envie de nous quitter et malgré les promesses de pluie , nous nous attablons sous les parasols verts pour siroter des boissons fraîches . Et nous nous racontons encore nos vies sans projet , juste faire face à l'immédiat , parer à l'essentiel . Que nous est il arrivé ? Où avons nous trébuché pour perdre nos rêves ? Nous ne sommes pas soeurs , jumelles d'histoire similaires , complices de chagrin et de rires . Notre amitié sourit et rugit , pleure et se raconte , se déchire et se retrouve , s'observe et se partage . Elle s'éloigne et se soutient , fait mal et se régale , elle trébuche et se relève , s' entraide et se malmène , elle se ménage et s'agace , elle attend et s'impatiente .
Nous attendons la fin de l'averse , les trottoirs sont mouillés , les dalles glissantes , les kiosques à fleurs sont fermés , la ville s'est vidée . Tout en marchant nous continuons de combler ce que nous nous sommes pas dit , je lui parle des blogs , elle ne me demande toujours pas si j'en ai ouvert un , elle ne vient plus sur msn .
Mais le temps passe et Christine doit récupérer mon filleul .

La ville a des couleurs d'automne , des feuilles s'affolent aux coups de vent , il pleut encore .
Un nouvel orage se prépare , Christine est en retard mais à la porte de sa voiture , nous causons encore . Nous fumons une dernière cigarette , une conductrice s'impatiente , elle voudrait sa place le long du trottoir .
Demain , nous nous retrouvons en famille pour fêter l'anniversaire de son fils .
Je rentre , la rue est silencieuse , les habitants ont déserté la ville .
Je reçois un sms de mon vendeur favori , il grimpe , il grimpe en montagne .
Aujourd'hui était une belle journée .

3 commentaires:

nuages a dit…

Superbe petit récit, très bien écrit et émouvant, aussi ! Et le plaisir de la table, ce bon repas que je rêverais avoir savouré !

MaTinou a dit…

Bonjour Nuages ,
Peut être que si un jour tes voyages te mènent à Lyon aurais je le plaisir de t 'inviter chez la mère Jean ...
Biz
Matinou

Pivoine a dit…

voilà une amitié précieuse, je suis contente que tu as une amie.

et moi aussi j'ai eu du plaisir à te suivre dans les rues de Lyon. Les bouchons lyonnais, ça m'a toujours fait rêver ! Mium mium